Un projet éolien qui bat de l’aile

mongoderville | Vattetot-sous-Beaumont

L’association « Délirs éoliens » a repris du service

L’installation de 4 éoliennes (2 à Vattetot-sous-Beaumont et 2 à Saint-Maclou-la-Brière) a été évoquée lors d’une réunion publique présentée par la société Neoen le 8 décembre 2016 (suite à la signature d’une convention entre la commune et Neoen en juillet 2015).
Après plusieurs années de mise en veille, cette rencontre a réactivé l’association qui avait déjà lutté contre un projet identique en 2003. Celui-ci avait été débouté par les habitants, une pétition ayant comptabilisé pas moins de 260 signatures.

Cette fois-ci, c’est l’absence de communication qui semble avoir agacé les membres de l’association et quelques habitants présents, ainsi que les propos qu’aurait tenu le maire, exclusivement axés sur l’aspect financier de l’opération en indiquant que cet argent pourrait permettre de financer les travaux de l’église. Rien, selon l’association, sur l’écologie. D’ailleurs, les membres n’ont pas cessé de remettre en cause le lien entre ce projet éolien et le développement durable durant la réunion publique, allant même jusqu’à parler à plusieurs reprises de “marché de dupes”.

La majeure partie du débat s’est concentrée sur l’absence flagrante de communication par la mairie sur ce projet ainsi que sur la proximité et l’importance des deux éoliennes qui seraient implantées sur la commune. Celles-ci pourraient être à 500 mètres des plus proches habitations et feraient une hauteur de 150 mètres, alors qu’habituellement elles avoisinent les 90-120 mètres. Certains habitants ont aussi mis en avant le bruit engendré par les pales et les vibrations, insistant sur l’existence dans nos sols de nombreuses cavités, ainsi que sur leur crainte de voir le prix de l’immobilier s’effondrer. De nombreuses questions qui pour l’instant n’ont pas encore trouvé de réponse.

Au niveau national, l’objectif souhaité par l’Europe serait que la France puisse installer entre 20 et 25000 éoliennes d’ici 2025. Un pari difficile à tenir au vu des nombreuses associations qui viennent contrecarrer les plans des promoteurs. Cependant, d’autres projets semblent à l’étude localement, notamment sur Bréauté. Le débat est lancé !