Un partenariat donnant donnant entre NaturaPÔLE et le Grand Daubeuf [Daubeuf-Serville]

mon goderville, daubeuf-serville

Le domaine du Grand Daubeuf est toujours en profonde mutation avec des travaux qui sont entrepris à plusieurs endroits dans le parc. Parmi ceux-ci, le CFA NaturaPÔLE intervient dans le cadre d’une convention qui prévoit la réalisation d’un aménagement bien précis servant de projet pilote pour les étudiants.

Le CFA, dépendant du Ministère de l’Agriculture, est présent sur 3 communes du département : Fauville, Mont-Saint-Aignan et Yvetot. Il prépare notamment au BTS Aménagement paysager et c’est dans ce cadre qu’un partenariat a été mis en place avec le domaine du Grand Daubeuf depuis un an, mettant à disposition des étudiants une partie du site comme terrain d’expérimentation.

Ceux-ci, encadrés par une équipe de 3 personnes : Olivier Véron, Jocelyn Babilot et Cécile Bernard, ont eu pour mission de proposer une nouvelle structuration de cette partie du site rarement ouverte au public, de prévoir les matériaux nécessaires, de faire les devis, de penser la communication et de réaliser les travaux. Les 13 étudiants concernés se sont répartis en 5 équipes travaillant sur la prairie fleurie (aménagement végétal autour d’une noue existante), le sous-bois (matérialisation d’une promenade), la mare plantée (plantations autour d’une mare creusée mais non encore mise en eau) et l’hôtel à insectes.

L’objectif d’Olivier Véron, Formateur technique en aménagement paysager, était aussi de créer une cohérence entre les différents travaux effectués et de conserver une logique avec l’existant. Pari réussi avec son équipe, dynamique et motivée autant par le projet théorique que par la configuration des lieux. Parmi les débouchés possibles pour ces jeunes à la fin de cette seconde année de BTS, la moitié poursuivra des études en licence pro voire en école d’ingénieurs, une partie se lancera sur la marché du travail en vue d’intégrer des entreprises liées à l’aménagement paysager ou des collectivités territoriales et quelques-uns créeront leur propre structure.

L’an prochain, les nouveaux étudiants devront travailler sur un projet différent, peut être lié à l’ancien bassin retrouvé de l’autre côté du parc…