Un discours émouvant sur le respect de l’autre…

Ce texte a été lu par M. Michel GERON, 1er Adjoint au Maire de Goderville :

Merci de cet instant de solidarité et d’humanité qui nous réunit en réaction à l’attentat odieux de mercredi.
Vous n’êtes pas là pour entendre des discours.
je ne ferai que revivre avec vous deux paroles essentielles.
La première, avec l’émotion qui nous a piqué les yeux en entendant le témoignage de la fille de Georges Wolinski:
« ils ont tué mon papa, ils n’ont pas tué ses idées ».
Il va falloir qu’on soit tous soudés, mais nous avons beaucoup de chance d’être autant soutenus dans le monde entier. J’ai été surprise par cet élan de générosité et d’émotion. »
Il n’est rien de plus important en ce moment que de garder l’esprit Charlie: c’est le seul remède contre la barbarie.
l’équipe assassinée de Charlie était maître dans le maniement du crayon ou de la plume, qui sont des armes bien puissantes puisqu’elles n’ont paru pouvoir être vaincues mercredi qu’à la kalachnikov
Ces tueurs et ceux qui les ont robotisés et manipulés pour devenir des armes vivantes, ne connaissent que la force ou la soumission. Dans leur violence qui ne voit l’autre que comme un adversaire à abattre ou à soumettre, il n’y a aucune place pour l’écoute, encore moins pour la liberté.
La seconde parole n’est hélas pas nouvelle mais a été reprise de nombreuses fois depuis deux jours .
C’est celle du Premier ministre norvégien en 2011 à la suite du massacre qui avait touché l’île d’Utoya:
 » J’ai un message pour ceux qui nous ont attaqués. Et pour ceux qui sont derrière.: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas notre démocratie et notre engagement pour rendre le monde meilleur. aucune fusillade ne nous fera taire.  »
«Nous ne devons pas renoncer à nos valeurs. Nous devons montrer que notre société ouverte peut faire face à cette épreuve. Que la meilleure réponse à la violence est encore plus de démocratie. Encore plus d’humanité. Mais jamais de naïveté. C’est quelque chose que nous devons aux victimes et à leurs familles.»
C’est le message que doivent entendre aujourd’hui ceux qui sont derrière les assassins de Charlie Hebdo.
Je ne vais pas paraphraser, mais l’Avenir de l’humanité sera démocratique ou ne sera pas.
Nous pratiquons l’écoute, la critique, l’humour, l’irrespect, la remise en cause de soi qui affine la pensée, la liberté de la Presse.
Fragiles, ces notions ne sont pas encore reconnues partout.
Elles ont été acquises au fil des étapes de notre civilisation, mais le fil est fragile parce qu’il est récent, fragile devant le réflexe de violence qui va nous aveugler, fragile devant le recours facile à la vengeance pour reprendre un avantage illusoire.
Comment en effet ne pas hurler à l’injustice devant ces victimes innocentes qui faisaient simplement leur travail?
Frédéric Boisseau, agent d’entretien
Franck Brinsolaro, brigadier au service protection
Ahmed Merabet, policier du 11e arrondissement
Clarissa Jean-Philippe, policière municipale, victime à la fusillade de MontRouge
et les quatre otages de la supérette de la porte de Vincennes
Comment ne pas hurler devant l’obscurantisme qui a fauché ceux qui ne vivaient que pour la liberté d’expression?
Cabu
Charb
Philippe Honoré
Tignous
Wolinski dessinateurs
Elsa Cayat, psychanalyste et chroniqueuse
Bernard Maris «journaliste-économiste».
Mustapha Ourad, correcteur
Michel Renaud, invité au journal ce jour là.
Si nous sommes Charlie, que nous diraient t’ils pour continuer l’esprit Charlie?
Qu’aucune valeur humaine ne peut exister si on choisit de construire des murs entre les communautés.
Ils nous diraient cela parce qu’ils étaient vigilants…et généreux.

Merci à Philippe FLEURY d’avoir partagé ce texte.

Incoming search terms:

  • BOISSEAU OBSCURANTISTE
  • discours sur le respect
  • discour respect
  • discours de respect
  • discours émouvant entier
  • discours sur le respect des autres
  • projet éolien outarville boisseau
  • texte respect de lautre
  • texte sur l\écoute le respect des autres