Goderville – Des débats animés autour des Pitchouns

mon goderville, mongoderville, breaute

La convention de 2015 liant la Communauté de Communes aux Pitchouns arrivant à échéance au 31 décembre 2018, une nouvelle devait être mise en place pour l’an prochain. Supposée identique pour Jean-Yves Renault, Adjoint au Maire d’Ecrainville, quelques modifications y ont pourtant été apportées. « Je siège à la commission action sociale, malheureusement elle ne s’est pas réunie et nous avons découvert les modifications à l’occasion de ce Conseil communautaire. Je regrette que nous n’ayons pas pu travailler ensemble sur ce projet en amont ». Sans concertation préalable, la convention a donc été proposée au vote lors du dernier Conseil communautaire. Parmi les changements, la création d’une commission d’attribution des places en crèche a été relevée par plusieurs élus.

Actuellement, le choix s’effectue dans une logique d’optimisation du taux d’occupation imposé par la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) qui pourrait refuser de subventionner l’association si ce taux d’occupation diminuait. Cette logique peut effectivement amener les Pitchouns à refuser certains placements de quelques heures pour privilégier des enfants à la semaine. La Communauté de Communes ne semble pas l’entendre de cette oreille en imposant une commission qui se substituerait en partie au travail de ladite association qui emploie actuellement 20 salariées, soit environ 15 équivalents temps plein, afin de faire fonctionner les deux structures.

Si certains élus y voient une ingérence et une suspicion de la part de l’intercommunalité, d’autres structures fonctionnent déjà de cette façon sur des territoires voisins.

Durant les échanges lors de ce Conseil, le montant des subventions allouées par la Communauté de Communes a semblé surprendre certains élus. Hervé Niepceron, Maire de Vattetot-sous-Beaumont, a rappelé que les chiffres ont leur importance et qu’il fallait bien avoir en tête que lorsque la Communauté de Communes versait 96 000 euros de subventions aux Pitchouns, elle en récupérait 48 000 de la part de la CAF.

Des débats qui n’ont pas permis aux élus de se mettre d’accord et dont le sujet viendra sans aucun doute alimenter de nouveaux échanges. Légende : « La chaumière » à Bréauté, l’une des deux structures gérées par Les Pitchouns