Bernard Laperdrix, le boxeur au coeur tendre ! [Daubeuf-Serville]

mon goderville, mongoderville, daubeuf serville

Né à Daubeuf-Serville en 1933, Bernard Laperdrix est ce qu’on peut appeler un homme polyvalent, aux multiples compétences et sachant d’adapter. Un personnage en somme !

M. Laperdrix est connu dans sa ville natale pour la patience et la minutie qu’il met au service de son jardin, laissant se promener tous ceux qui souhaiteraient profiter des effluves échappés d’un massif de fleurs, des rosiers, des hortensias ou dans quelques semaines des pivoines. Plus généralement, Bernard Laperdrix est surtout réputé pour sa vie bien remplie. Apprenti en charcuterie dès l’âge de 14 ans chez Fressard à Fécamp, il est embauché 4 ans plus tard à Lanquetot. C’est à ce moment qu’il se met à la boxe en poussant la porte du Ring bolbécais.

Ensuite, durant les 32 mois de son service militaire en Tunisie où il sera décoré pour service exceptionnel rendu à la Nation, il continue la boxe participant même au championnat d’Afrique du Nord à Alger. A son retour, la vie continue, il se marie et reprend un poste de charcutier au Havre en poursuivant sa carrière de boxeur. Mais n’ayant plus grand monde à boxer en amateur, il passe pro en 1958, catégorie Walter, et s’installe à son compte dans le même temps à Gonfreville-l’Orcher.

Il stoppe sa carrière pro en 1961, il a alors 28 ans, et se consacre exclusivement à son métier d’origine, ouvrant même en 1976 une seconde charcuterie à Bolbec qu’il revendra rapidement. A 49 ans, souhaitant prendre du recul et toujours enclin à tester de nouvelles expériences, il s’installe comme agriculteur à Ganzeville. De la boxe, il n’en garde que quelques entraînements par semaine pour garder la forme dit-il, alors que son métier est déjà bien physique ! En 2000, l’heure de la retraite se faisant sentir, Bernard Laperdrix revient à Daubeuf-Serville, dans la maison de ses parents. La boucle est ainsi bouclée !

Cet infatigable travailleur reste toutefois très actif et, depuis la route principale du village, on peut le voir à toute heure de la journée s’affairer dans son jardin pour lequel il voue un amour communicatif !